The Chess Variant Pages

Vous trouverez ci dessous le texte en francais accompagnant le JEUX HERALDIQUES DES ECHECS crit par Modest Solans.

JEUX HERALDIQUES DES ECHECS

AVEC

CARTES ET DES

Modest Solans


Aux amoureux des echecs
et en particulier a tous ceux qui
bien qu'ils aiment les echecs, n'osent pas y jouer

Ce
jeu infini,
qui traverse l'histoire
de l'humanite en l'illuminant,
a parcouru son meme chemin:
depuis les brumes du mythe
jusqu'a la calculee solitude
des ordinateurs
et, comme l'homme,
joui et souffert
des diminutions et des developpements,
et aussi de legislations successives.

Dieu bouge le joueur et celui-ci, la piece.
Quel dieu derriere Dieu commence la trame?

Jorge Luis Borges
"Echecs"

Depuis le commencement il existe un jeu de possibilites
et de probabilites, de bonne et de mauvaise chance,
qui apparait dans tous les fils de la trame, et fait
que de toutes les branches de l'activite humaine ce soit
la guerre celle qui s'apparente le plus a un jeu de cartes.

Carl von Clausewitz
"De la guerre (Livre I)"

Breiskol dit que les jeux d'echecs et de cartes
correspondent entre eux. Dans leur concept
les cartes ne conserverent que la moitie des pieces
de l'autre jeu, qui sont: roi, general, elephant,
cheval, dromadaire, pion, en convertissant les pions
en cartes simples de numeration progressive.

Cesare Cantu
"Histoire Universelle"


POUR DE JEUS D'ECHECS REUNIS

C'est par accident que dans
le deroulement des echecs ordinaires
nous avons detourne notre attention
par un millenaire, plus que suffisant,
d'autres varietes d'echecs.
Dans des temps futurs
les echecs ordinaires se reinstalleront
naturellement a leur place logique
d'une espece particuliere d'echecs
au milieu d'une infinite d'autres

Thomas Rayner Dawson
"The Chess Amateur"

Le roi des jeux, et en d'autres temps, le jeu des rois, a force de prestige intellectuel -surtout en Occident- a cesse graduellement d'etre un jeu pour devenir, disons-le ainsi, autre chose. Ce qui, si l'on regarde bien, prive de fait la majorite des gens de jouir d'une des plus grandes creations de l'esprit. Mais la question "Faisons une partie d'echecs?" a des centaines de reponses possibles si l'on dispose des elements necessaires. Quelques-unes de ces reponses permettent de profiter de quelques jeux aussi divertissants que n'importe lequel, et de grande beaute. Dans ces jeux -et sans que l'intelligence strategique doive renoncer a marcher fermement sur l'echiquier- l'intervention, graduable, du hasard donne des ailes au risque et a l'audace, inseparables de tout jeu digne de ce nom.

HERALDIQUE APLIQUEE

Scuta lectissimis coloribus distinguunt

Tacitus
"De moribus Germanorum"

L'heraldique a ete associee aux echecs en d'autres occasions, bien que toujours avec un caractere ornemental ou de reference et evocation historiques. Ici nous proposons son usage et reclamons sa fonctionnalite originaire -un systeme de signes "en", d'insignes ou d'enseignes; une langue, enfin- qui s'applique a individualiser, avec un effet nouveau, les pieces de ces jeux de table qui simulent ou reproduisent un combat strategique, et en particulier du plus illustre et diffuse de tous, les echecs, dans n'importe laquelle de leurs variantes, connues ou a connaitre, de sorte que la signalisation des pieces renvoie aux cartes (ou aux des) dont la possession (ou la position de chute des des) conditionne en plus ou moins grande mesure le jeu des pieces et leur chance sur le terrain.

COMMENT JOUER AVEC DES CARTES

Tous les jeux sont regis par des regles communement acceptees, regles qui, avant de commencer la partie, a n'importe quel moment peuvent etre changees d'un mutuel accord par les joueurs. D'autre part, la rencontre de ces deux jeux, des cartes et des pieces, avec chacun tant d'histoire et de variations dans leur pratique, permet une telle quantite de modalites de jeu que celles que nous donnons ici sont seulement indicatives -et susceptibles de changement, comme d'autres que l'on prefererait entre les possibles, et ainsi on conviendrait. Le jeu de cartes-type se compose de soixante quatre cartes (chaque piece est representee en quatre cartes) et de huit jokers d'usage optionnel. Nous laissons au critere des joueurs d'ajouter un second jeu de cartes. D'un cote, l'augmentation du nombre de cartes elargit l'incertitude; d'un autre cote elle evite d'avoir a battre les cartes a nouveau si la partie se prolonge.

En jouant a la carte piochee

Ceci est la forme la plus simple de jouer avec des cartes, et, bien qu'apparemment sans grand interet, elle peut resulter utile pour l'apprentissage, les solitaires et aussi pour quelque modalite de jeu force a la carte piochee. A chaque tour, le joueur pioche une carte et doit jouer la piece qu'elle represente. S'il ne peut la jouer ou s'il ne la possede plus, le tour passe a l'autre joueur. Le roque est joue par le Roi. Le principal inconvenient de ce systeme resulte dans le fait que, dans les premiers coups, si l'on joue dans la position etablie actuellement, il y a beaucoup de pieces immobilisees. On peut faciliter le debut en permettant un positionnement libre des pieces ou en placant, avant de commencer, tous les pions ou quelques-uns d'entre eux, sur la troisieme ligne.

Avec cartes en main

Au commencement de la partie, les cartes sont distribuees (il est recommande un minimum de six et un maximum de seize par joueur) et les restantes sont laissees sur la table pour piocher ou, selon le cas, se defausser. A la vue de ses cartes, le joueur qui a le trait decide de quelle piece il va jouer parmi celles representees dans les cartes dont il dispose, puis il met la carte face en haut sur la table, bouge la piece representee, pioche une carte et passe le tour. L'autre joueur fait de meme et ainsi successivement, jusqu'a ce que l'un des adversaires reussisse la capture ou reddition du roi adverse. Si dans le cours de la partie, et par suite de la perte successive de pieces, un joueur n'a plus en main de carte lui permettant de jouer une piece, il devra se defausser d'un carte quelconque, passer son tour sans jouer et piocher une autre carte. Dans cette eventualite, qui peut se produire assez frequemment si la partie est disputee et se prolonge, nous suggerons de convenir, toujours avant le debut de la partie, de regles concretes, comme la defausse et reprise de diverses cartes, avec ou sans perte de son tour de jeu, ou d'autres regles a convenir. Si les cartes a piocher se terminent on battra a nouveau et le jeu continuera.

Deux coups pour chaque carte

Une autre interessante forme de jouer aux echecs avec des cartes est semblable a celle exposee, a l'exception de ce que chaque carte permet de jouer deux fois la piece qu'elle represente. Pour le premier coup le joueur mettra, face en l'air, la carte de la piece a jouer dans une zone predeterminee de la table, pour chaque adversaire, et pour effectuer le second coup -qui pourra etre differe jusqu'au tour de jeu que l'on juge opportun- il la deposera dans la zone pour la defausse des deux joueurs. De cette maniere on pioche seulement au moment de se defaire definitivement de la carte, donc au deuxieme coup. Deux variantes de plus peuvent se pratiquer -et nous ne voulons pas etre prolixes dans l'enumeration des possibilites- si, en jouant comme il a ete deja dit, au lieu de piocher lorsque l'on se dessaisit d'une carte, on reporte la reprise de cartes au moment ou elles sont toutes epuisees. D'autres modalites sont possibles en etablissant des defausses multiples a n'importe quel moment de la partie, d'un mutuel accord ou a la demande d'un des joueurs, avec ou sans perte du tour, etc...

Strategies libres

Si l'on convient de placer les pieces sur l'echiquier apres la distribution des cartes, chaque joueur pourra disposer ses forces en accord avec une strategie basee sur les cartes en sa possession, et chaque partie sera une bataille distincte, meme avant le premier mouvement. Le placement des pieces devra se faire chacun son tour s'il s'effectue a la vue des deux joueurs ou grace a un separateur qui empeche le joueur de voir le deploiement que prepare son concurrent (mobilisation secrete).

Jeux forces et mixtes

Toutes les modalites decrites, et d'autres possibles, peuvent se pratiquer en etablissant, tous les X mouvements, un ou plusieurs tours de jeu libre. Et vice versa en jouant basiquement dans la forme ordinaire. Toutefois, il resulte plus interessant, parce que imprevisible, que ce soit le hasard qui par quelque procede impose l'obligation; ou le rival, les deux joueurs disposant pour chaque partie d'un quota de pouvoirs pour obliger l'adversaire a jouer en utilisant une carte ou en lancant les des. Un curieux systeme mixte est celui que nous pourrions appeler de liberation progressive. Il consiste en ce que une piece puisse etre jouee librement a partir du moment o¨ l'on possede une carte la representant, deux ou le nombre qui aura ete etabli avant le debut. La piece en question devra etre marquee (ou demarquee si l'on emploie des insignes demontables) d'une maniere quelconque, par exemple avec des adhesifs amovibles, pour indiquer qu'elle joue librement. Une autre forme de jouer est celle que nous denommons avec carte de combat. Les pieces bougent librement, mais il est necessaire de disposer de carte-representante pour pouvoir effectuer une prise avec une piece determinee. Pour cela le joueur se defausse de la carte en la montrant et en pioche une autre.

JEUX NON HERALDIQUES AVEC CARTES ET DES

En employant un jeu d'echecs ordinaire -non individualise- on peut aussi jouer avec des cartes et des des: n'importe quelle carte de Pion represente n'importe lequel des huit Pions, une carte de Cavalier, n'importe lequel des deux Cavaliers, etc. D'une maniere similaire, en Inde, on joue aux echecs avec des des depuis des temps immemoriaux.

COMMENT JOUER AVEC LES DES

Une plus grande intervention du hasard peut-etre obtenue en jouant avec des des. Deja les anciens Indous pratiquaient le jeu appele Chaturanga -une variante primitive, ou peut-etre les echecs originaires, pour quatre joueurs- en utilisant des des allonges pour bouger les pieces. Dans le codex miniature "Livre des Jeux d'Echecs, Des et Tables" (Seville, 1283), du roi Alphonse X le Sage, il est relate l'usage de des de huit et sept faces pour jouer au Grand Eschec -semblable a ceux connus comme Echecs de Tamerlan- et a "l'Eschec" des Dix Cases respectivement, pour que le jeu soit plus rapide et plus facile. Ici nous proposons non pas l'emploi de des avec des numeros ou incisions sur leurs diverses faces et en proportions approximatives de representation piece-de, comme dans ceux-la, mais de des sur les faces desquels sont representees toutes les pieces en jeu, en proportion exacte et individualisees. L'individualisation des pieces -specialement avec champs heraldiques d'une seule couleur, comme dans cette edition- et sa representation dans les cartes est applicable aux des, en substituant les cartes par les faces de ceux-ci, si bien que le nombre limite des polyedres reguliers, cinq, va conditionner les possibilites, en rapport aux echecs d'aujourd'hui de seize pieces par camp. Nous entendons que l'on doit rejeter, dans la pratique, les des de quatre faces ou tetraedres pour leur excessive angulosite, et leur presque nulle aptitude a rouler, ainsi que le fait qu'il en faille quatre. Le jeu complet de des se compose donc de: un icosaedre, deux dodecaedres, trois hexaedres et deux octaedres, ce qui permet de pratiquer, en combinaisons distinctes, de nombreuses variations, ainsi que des systemes mixtes avec ou sans cartes, des jeux forces, des jeux avec des de combat, etc...

Quelques modalites

Si nous optons pour l'icosaedre nous disposons de vingt faces triangulaires, ce qui fait que, une fois representees les seize pieces, il nous reste quatre faces que nous pouvons convenir d'utiliser comme des jokers qui serviront a bouger n'importe quelle piece au libre choix du joueur. Une autre possibilite consiste a utiliser deux octaedres, un pour les huit pieces maitresses, et l'autre pour les pions, par exemple. Les des etant jetes, le joueur choisit laquelle des deux pieces representees il desire bouger. Ou bien, s'il a ete convenu de jouer deux pieces par tour, les jouer si l'on dispose d'elles sur l'echiquier (une application de la "methode marseillaise" d'Albert Fortis). L'utilisation de deux dodecaedres permet de jouer comme avec les octaedres et en plus, laisse quatre faces libres par de et employees comme jokers, permettant d'etablir un libre mouvement avec l'apparition de deux jokers ou d'un seul. Dans les dix-huit faces des trois hexaedres figurent les seize pieces et deux jokers. La facon de jouer avec les trois des cubiques est semblable, comme cela se comprend, a celle exposee pour les octaedres et les dodecaedres.

VARIATIONS SUR LA MARCHE DES PIECES

A midi le Roi revetit son armure
et disposa ses hommes en quatre corps
ou escadrons, ce qui contribua a la victoire.

Jose Maria Lacarra
"Alphonse le Batailleur"

ROI BATAILLEUR

Le Roi Batailleur bouge et capture a n'importe quelle distance de l'echiquier en diagonale, a la verticale ou a l'horizontale: tout comme le fait depuis la fin du XVeme siecle la Dame enragee ou Reine -piece appelee jusqu'alors Alfferza, Ferz ou Porte-Etendard, qui bougeait pas a pas en diagonale. Manifestement, a ce Roi si rapide et si fort, il faut imposer quelque limitation sur l'echiquier, sinon il resulterait pratiquement invulnerable. Lorsqu'il est mis en echec, le Roi Batailleur, pour fuir, peut seulement bouger d'une case dans n'importe quelle direction, comme le Roi classique, exception faite s'il decide de prendre lui-meme soit la piece qui le menace soit une autre. De toute maniere, au tour suivant, il recupere toute sa force de deplacement et d'attaque; a moins evidement qu'il n'ait ete mis une nouvelle fois en echec. Cette limitation est superflue et donc facultative lorsque l'on joue avec cartes ou des. Remarquons egalement que, en jouant avec des cartes, le joueur dont le Roi, Classique ou Batailleur, est mis en echec, peut -en prenant beaucoup de risques, et encore plus si l'on joue avec des jokers, ou en faisant de necessite audace- supporter la menace en speculant sur la possibilite de ce qu'il s'agisse d'un bluff et que son adversaire ne dispose pas de la carte necessaire pour effectuer le mat. Il est de meme possible de gagner -et bien sur de perdre- Roi contre Roi, face a face.

FOUS ET TOURS MANOEVRENT

Ejnar Kristensen proposa en 1948 de varier le mouvement du Fou de maniere a ce qu'il puisse se deplacer, sans prise, a une case contigue perpendiculairement, manŽuvre qui compte pour un tour et qui permet au Fou de jouer sur toutes les diagonales de l'echiquier. Nous avons essaye cette variation, interessante en soi, dans les echecs avec cartes et des, et nous n'hesitons pas a la recommander, car elle rend plus agile le jeu de cette piece, en meme temps qu'elle augmente sa puissance. Cette possibilite de manŽuvre sans capture peut s'etendre a la Tour en ce qui concerne les cases diagonales adjacentes.

MOBILITE DU PION

Quand au Pion, et pour eviter son immobilisation, nous pensons qu'il doit pouvoir bouger et capturer comme il le fait actuellement, et en plus pouvoir se deplacer librement aux deux cases qu'il ne peut, pour l'instant, occuper que lors de prises. En allant un peu plus loin, nous proposons que le Pion bouge a un pas dans n'importe quelle direction et prenne piece en diagonale. Si l'on opte pour cette variation, il est possible de ne pas tenir compte de la promotion ou transformation en une autre piece lorsqu'il atteint une case de la huitieme traverse, puisque son aptitude a jouer dans toutes les directions lui permet de continuer a jouer en tant que tel. Pareillement, son double pas en avant dans la colonne est facultatif a tout moment depuis n'importe quelle case des premiere et deuxieme lignes de son camp meme s'il a bouge anterieurement; comme l'est par consequent sa prise en passant par un Pion adverse dans le coup immediatement suivant.

CHEVALERIE LEGERE

Le toujours dangereux Cavalier se transforme en une piece redoutable -plus redoutable!- si l'on convient d'ajouter a son particulier mouvement, celui de se deplacer, sans capture et sans saut, a n'importe quelle distance aussi bien en ligne droite qu'en diagonale: une vraie chevalerie legere.
Et toujours et toujours et une autre fois
comme ces heros du Walhalla
a l'echiquier reviennent les pieces d'echecs
pour revivre a nouveau dans la bataille

En edition trilingue Espagnol-Francais-Anglais, ces pages sont un resume -suffisant d'instructions de jeu- de: "Jeux d'Echecs avec cartes et des", de differents articles parus dans la revue "Wadi-as" et specialement de "Roi Batailleur et autres Jeux d'Echecs..."

Traduction en Francais: Manuel Solans

L'illustration du Roi Batailleur
correspond a la statue d'Alphonse I, le Batailleur,
roi de Navarre et d'Aragon ( ? - 1134),
oeuvre de Jose Bueno,
qui preside au Parc de Saragosse.

Imprime en Espagne
Imprimerie San Jose (Guadix)
Deposito Legal GR-979-1994
Copyright 1993, by Modest Solans
9, rue Dr. Oliva
18500 Guadix, Granada, ESPAGNE

E-Mail: m_(email removed contact us for address) adoo.es.


Under Berne and Universal Copyright Conventions
WWW page created: 1995 or 1996. Last modified: April 7, 1998.